AFP – FRANCE2012-PRESIDENTIELLE-REACTIONS-PARTIS

PARIS, 22 avr 2012 (AFP)

(…)

Gilles Bourdouleix, président du Centre national des indépendants et paysans, dans un communiqué, se “félicite” de la participation, mais pas de “la montée des extrêmes qui capitalisent près de 30% des suffrages exprimés”.
Il “appelle” ceux qui “ont choisi le vote protestataire” à voter Nicolas Sarkozy, jugeant la gauche “économiquement totalement décalée des réalités”.

bur-cb/ger/plh/ed

Les Jeunes Indépendants et Paysans s’opposent à la « théorie du gender »

Les 4 Vérités Hebdo – Vendredi 9 septembre 2011

Les Jeunes Indépendants et Paysans se félicitent du mouvement de contestation d’une large part de la droite parlementaire face à l’introduction, au sein des manuels de Sciences et Vie de la Terre des lycées, de l’idéologie du « genre » dans l’Enseignement.

Le philosophe et journaliste Gérard Leclerc s’insurge depuis plusieurs mois contre cette dérive et la reprise de son combat et d’une partie de ses arguments ne peut être que saluée et encouragée.

En savoir plus

Le CNIP propose un référendum pour la règle d’or budgétaire

Les Echos – 1er septembre 2011

Le député UMP et président du Centre national des indépendants et paysans (CNIP), Gilles Bourdouleix, a demandé au nom de son mouvement dans un courrier au président Nicolas Sarkozy l’organisation d’un référendum pour faire inscrire dans la Constitution la règle d’or budgétaire.
“Nos concitoyens savent les enjeux de demain. Beaucoup ont déjà compris la nécessité de cette règle d’or. Une bonne campagne d’information éclairera ceux qui sont encore dans une relative ignorance”, écrit le patron du CNIP dans ce courrier daté de mardi.
Le CNIP (ex-CNI) fait partie du comité de liaison de la majorité présidentielle, mais il s’est rapproché au début de l’été de l’Alliance républicaine, écologiste et sociale (Ares) qui fédère plusieurs partis centristes et est dirigée par Jean-Louis Borloo.
Selon Gilles Bourdouleix, la primaire socialiste obligera le PS à faire capoter la règle d’or si le Congrès (réunion de l’Assemblée nationale et du Sénat) est convoqué et “la majorité nécessaire des 3/5 ne pourra être atteinte”.
“Le résultat sera mal perçu au plan international”, redoute le député-maire de Cholet.
L’idée d’un référendum avait déjà été suggérée au mois d’août par le député UMP Etienne Pinte, et en mai 2010, par le leader du MoDem François Bayrou.