Projet de loi de finances pour 2015 : Gilles Bourdouleix vote contre

Gilles Bourdouleix, Député de Maine et Loire, Président du Centre National des Indépendants et paysans et Maire de Cholet s’est opposé au projet de loi de finances pour 2015.

« Le projet de loi de finances pour 2015 se révèle aussi catastrophique à l’égard des familles qu’en 2014. C’est la raison pour laquelle, j’ai présenté des amendements visant à restaurer notamment le quotient familial à son niveau antérieur à la loi de 2013 ou encore supprimer la mesure visant l’abrogation de la première tranche du barème de l’IR », déclare Gilles Bourdouleix, Président du CNIP et député-maire de Cholet.

« La suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu est une décision grave. La véritable réforme serait d’assujettir l’ensemble des foyers fiscaux à l’impôt sur le revenu. L’acceptabilité de l’impôt est en jeu », ajoute-t-il.

« Par ailleurs, j’ai notamment déposé un amendement visant à restaurer le délai de carence dans la fonction publique. Aujourd’hui, alors que le Gouvernement demande à tous les Français de consentir des efforts, il est nécessaire d’aligner la situation des agents publics sur celle des salariés du privé. Il doit s’opérer au rétablissement d’une mesure de justice et de convergence entre la fonction publique et les salariés du privé », conclut-il.

Modulation des allocations familiales : « les familles sont harcelées fiscalement par François Hollande »‏

Gilles Bourdouleix, Député-maire de Cholet et Président du CNIP, s’insurge contre la modulation des allocations familiales décidée par les socialistes.

«Depuis 2012, les familles et les classes moyennes sont harcelées fiscalement par François Hollande. Son gouvernement poursuit son offensive contre les familles : baisse du quotient familial, réduction de la PAJE et aujourd’hui modulation des allocations familiales », déclare Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et Président du CNIP.

« La famille est reconnue comme cellule de base de la société et je suis très attaché au principe de l’universalité des allocations familiales », indique-t-il.

« François Hollande ne cesse de fragiliser l’institution de la famille et décide de moduler les allocations familiales au mépris de toute discussion à l’Assemblée Nationale.  La mise sous conditions de ressources des allocations familiales est une double peine pour les classes moyennes. Le nivellement de ces dernières va conduire à leur disparition. La Ministre des Affaires Sociales déclare qu’elle compte réaliser 700 millions d’euros d’économies sur le dos des familles… quand l’Aide Médicale d’Etat atteint désormais 1 milliard d’euros… chercher l’erreur !», ajoute-il.

« Mes ennemis, ce sont les classes moyennes et les familles nous dit aujourd’hui le gouvernement », Gilles Bourdouleix.

La famille est une victime obsessionnelle des socialistes

Le CNIP, par la voix de son secrétaire général, Bruno North s’élève contre les annonces du Gouvernement de vouloir sacrifier la politique familiale.

« La famille est une victime obsessionnelle des socialistes. Depuis deux ans en effet, les socialistes ne cessent leurs attaques répétées contre la famille. La politique familiale n’est plus financée, les coupes s’y multiplient, sans oublier les nombreuses mesures fiscales pénalisantes, comme la baisse du quotient familial, qui affecte plus de 6 millions de Français », déclare le secrétaire général du CNIP, Bruno North.

« François Hollande et son gouvernement n’aiment pas la famille. La branche famille de la sécurité sociale est structurellement bénéficiaire, Pourquoi devrait-elle faire les frais de la rigueur ? », poursuit-il.

« La famille doit être une priorité. Osons baisser le nombre de fonctionnaires, osons supprimer l’AME. Là est la vraie justice » conclut Bruno North, Secrétaire général du CNIP.

 

Suppression de la 1ère tranche de l’IR : les classes moyennes seront encore les vaches à lait

Le député-maire de Cholet et Président du CNIP, Gilles Bourdouleix s’élève contre la proposition du Premier Ministre, Manuel Valls, de supprimer la première tranche de l’impôt sur le revenu.

« La suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu serait une décision grave. C’est l’exemple même de la mauvaise idée. Faut-il rappeler que moins de la moitié des foyers fiscaux sont soumis à l’impôt sur le revenu. Une personne sur deux ne paye pas l’impôt sur le revenu en France : on risque donc de concentrer encore plus cet impôt sur les classes moyennes. En savoir plus

Déclaration de politique générale de M Valls

Le secrétaire général du CNIP, Bruno North, s’est exprimé suite à la déclaration de politique générale du Premier Ministre, Manuel Valls.

« Le Gouvernement de Manuel Valls est un gouvernement de la cacophonie où les divisions sont légion : encadrement des loyers, 35 heures, revalorisation des petites retraites… Ce gouvernement est aujourd’hui dans une impasse, tant économique que politique», déclare Bruno North, secrétaire général du CNIP. En savoir plus

Déchéance de la nationalité : Gilles Bourdouleix interpelle le Ministre de l’Intérieur

Gilles Bourdouleix a interpellé Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, sur le problème des djihadistes de nationalité française.

« Des centaines de jeunes français font le choix de quitter la France et intégrer les forces djihadistes. En Syrie, un djihadiste occidental sur trois serait Français. Au retour de leur séjour syrien, ces combattants sont endoctrinés, membres actifs de réseaux terroristes et reviennent pour encourager d’autres vocations » indique le député-maire de Cholet et Président du CNIP, Gilles Bourdouleix.

« Face à cette situation particulièrement préoccupante, je souhaite une modification de l’article 25 du code civil afin d’élargir la déchéance de la nationalité à tout ressortissant français engagé dans des mouvements dijhadistes ou se livrant à des actes reconnus, au titre des articles 421-1 et suivants du code pénal, comme des actes terroristes » conclut-il.

 

Réforme territoriale : « Le Gouvernement a fait preuve d’improvisation »

Le député-maire de Cholet et Président du CNIP, Gilles Bourdouleix, a annoncé qu’il n’avait pas voté la réforme territoriale, ce mercredi 23 juillet.

« La réforme territoriale méritait un vrai débat et non un tripatouillage institutionnel. Le redécoupage des régions a été fait de manière quasi-aléatoire, sans concertation avec les élus », déclare Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP.

« J’ai personnellement depuis plusieurs années défendu la nécessité d’engager un processus volontariste de réorganisation de ce que l’on appelle souvent le « millefeuille territorial », avec notamment une réflexion sur les départements », indique-t-il.

« Si les régions sont désormais fondamentales, organiser ainsi leur diminution me paraît à la fois arbitraire et artificiel. Il n’y avait pas lieu de légiférer sur de nouvelles délimitations des régions sans avoir examiné préalablement les compétences et les moyens dont doivent disposer les régions », explique-t-il.

« Par ailleurs, concernant les Conseils Généraux, aucun motif d’intérêt général ne justifie un second report des élections départementales à décembre 2015 », poursuit-il.

« Pour toutes ces raisons et pour beaucoup d’autres, j’ai voté contre ces mesures car ce projet de loi n’est pas un texte d’équilibre. Le Gouvernement a fait preuve d’improvisation et a manqué son rendez-vous avec la décentralisation », conclut Gilles Bourdouleix.

 

Les Français attendent de vraies réformes et non des tripatouillages électoraux

Le CNIP par la voix de son Président, Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet, se dit réfractaire à l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives et réaffirme son opposition au droit de vote des étrangers.

« On assiste à un véritable tripatouillage institutionnel : report des élections départementales et régionales, découpage de la carte régionale, modification de la carte électorale des cantons… Avec l’introduction d’une part de proportionnelle aux élections législatives, Francois Hollande ambitionne de renouer avec les bonnes vieilles méthodes socialistes pour tenter d’atténuer la future débâcle de la gauche aux prochaines élections », déclare Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et président du CNIP.

Le CNIP est également opposé au droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne résidant en France.

« Depuis 1789, il existe en France un lien indissociable entre citoyenneté et nationalité. Du lien entre nationalité et citoyenneté découle le lien entre nationalité et droit de vote. Un étranger qui voudrait s’exprimer lors d’un scrutin peut solliciter sa naturalisation et marquer ainsi son attachement à la France », poursuit-il.

« Le pouvoir socialiste n’en finit pas d’entrainer la France dans l’échec économique. Il est urgent de mettre en œuvre les vraies réformes que les Français attendent et non pas des mesures sociétales qui divisent les Français ou des tripatouillages électoraux. La promesse réitérée de la baisse du chômage ne suffit plus quand les Français constatent tous les jours les insuffisances des politiques menées », conclut-il.