Mai 2015

 

Oloron Sainte Marie | 20 mai
M. Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP et M. Bruno North, secrétaire général du CNIP, assisteront à la réunion publique organisée par la fédération des Pyrénées-Atlantiques et présidée par M. Hervé Lucbéreilh, maire d’Oloron Sainte Marie.

Réforme du collège : Gilles Bourdouleix dénonce le passage en force du Gouvernement

 

Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP, dénonce le passage en force du gouvernement sur la réforme du collège.

« Hier, utilisation du 49-3 sur la loi Macron, aujourd’hui, passage en force sur la réforme du collège, telle est la démocratie vue par les socialistes.

Le passage en force du Gouvernement est inacceptable. Que devons-nous penser d’un Gouvernement qui prône le dialogue social le jour et se montre autoritaire en publiant un décret la nuit ? », déclare Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et Président du CNIP.

« Le modèle de notre école républicaine sera gravement et durablement remis en cause. Il est vivement regrettable que l’enseignement de l’histoire de l’Islam puisse se faire au détriment de l’enseignement de l’histoire du catholicisme, qui demeure le socle de notre histoire. Faut-il aujourd’hui nier les racines chrétiennes de la France ?

Il est tout aussi fâcheux qu’une place plus importante soit laissée aux traites négrières et aux conquêtes coloniales au détriment notamment de la philosophie des Lumières, dont l’étude est indispensable à la bonne appréhension de notre culture. La repentance enfermera l’élève dans la culpabilité. », conclut-il.

 

Réforme du collège : Gilles Bourdouleix demande son retrait

Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP, a demandé à la Ministre de l’Education Nationale, l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, de retirer sa réforme sur le collège.

« La réforme sur le collège va porter préjudice à l’avenir de nos enfants et conduira à imposer un nivellement par le bas : suppression des classes bilangues, remise en cause de l’enseignement du latin et du grec, modification des programmes notamment d’histoire avec des modules obligatoires et d’autres facultatifs en s’appuyant sur une lecture partiale de l’histoire de notre Nation », a déclaré Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP.

« Derrière ces coups portés notamment à l’enseignement de l’histoire, c’est la philosophie des lumières, nos racines qui sont attaquées. Le modèle de notre école républicaine sera durablement remis en cause », conclut-il.

 

LOI SANTE : POUR GILLES BOURDOULEIX, CE TEXTE EST UNE FAUTE POLITIQUE

Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du Centre National des Indépendants et Paysans, s’est opposé au projet de loi santé et a déposé un certain nombre d’amendements.

« Cette réforme est marquée par une idéologie socialiste exacerbée. Elle ne résoudra pas les problèmes de notre système médical. Plus qu’une erreur, ce projet est une faute politique, qui risque d’aboutir au démantèlement de notre système de santé issu de 1945 : pluralité des acteurs, publics et privés, liberté de pouvoir choisir son médecin » déclare Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et Président du CNIP.

« Cette loi est un frein à l’exercice libéral et renforce la mainmise de l’Etat sur les professionnels de santé.
La généralisation du tiers payant représentera en effet une mise sous tutelle des médecins libéraux, et fonctionnarisera la médecine. En entravant la liberté d’installation, le gouvernement met en place un système de santé à deux vitesses », poursuit-il.

« Par ailleurs, le Gouvernement revient radicalement sur la politique de lutte contre la toxicomanie, en levant l’interdit d’injection de drogues par intraveineuse, afin de permettre de légaliser les salles de shoot. L’ouverture de telles salles – au moyen de fonds publics – constituera un signe d’encouragement et reviendra à admettre la banalisation de drogues dites « dures ». L’objectif affiché du Gouvernement est bien de faciliter la consommation de drogue », ajoute-il.

Gilles Bourdouleix vote la motion de censure

Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du Centre National des Indépendants et Paysans, a voté la motion de censure déposée par l’opposition.

« La majorité est en ruine et offre aux Français un spectacle pitoyable. Le divorce est ainsi consommé au parti socialiste entre une branche sociale-démocrate et celle de son extrême gauche. Le Gouvernement sauve sa peau en misant sur l’absence de courage des frondeurs, qui ne seront pas allés au bout de leur logique », déclare Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet et Président du CNIP.

« Traditionnellement, l’article 49 alinéa 3 est employé pour limiter l’obstruction de l’opposition et non pas pour imposer une politique à sa majorité, qui plus est au sein du parti qui gouverne, en l’occurrence le PS », explique-t-il.

« Un boulevard s’ouvre à l’opposition, qu’elle ne doit pas manquer », conclut-il.

Conférence de presse du Président de la République : « une coquille vide » selon Gilles Bourdouleix

Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et Président du CNIP, se dit perplexe par les déclarations de François Hollande lors de sa conférence de presse, notamment sur l’instauration d’un service civique ou encore l’instauration d’une agence pour le développement des territoires.

« Instaurer un service civique universel, qui ne sera pas obligatoire, c’est de l’improvisation ! Ce n’est pas un service civique – non obligatoire – qui va empêcher les jeunes de sombrer dans le djihadisme, mais seuls l’emploi et la croissance permettront peut-être de juguler le terrorisme islamiste. L’exécutif chercherait-il à fausser les futurs chiffres du chômage des jeunes ? », déclare Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet et Président du CNIP.

« Le Président de la République annonce par ailleurs la création d’une agence de développement des territoires qui existe déjà : la DATAR, qu’il a réformée en mars 2014 et aujourd’hui dénommée le Commissariat général à l’égalité des territoires », ajoute-t-il.

« Cette conférence de presse était une coquille vide, notamment en terme de propositions économiques. Il n’y a pas eu de réponses à la première des urgences, celle du chômage qui vient à nouveau d’augmenter pour atteindre un niveau record. Il est temps d’agir ; l’année 2015 ne peut être une année blanche pour notre économie », conclut-il.

Gilles Bourdouleix s’insurge contre l’utilisation du mot « apartheid» par Manuel Valls

Gilles Bourdouleix, Président du CNIP et député-maire de Cholet, s’insurge contre l’utilisation du mot « apartheid national » par Manuel Valls.

« Au lieu d’apporter des solutions, le premier ministre est toujours dans le commentaire.

S’il faut de la lucidité en matière de lutte contre le terrorisme, le terme « apartheid » est réducteur.

La récupération n’a plus de limite pour le Gouvernement » déclare Gilles Bourdouleix, Président du CNIP et député-maire de Cholet.

Janvier 2015

29 janvier 2015 | Saint Mandé
La Fédération du Val-de-Marne du Centre National des Indépendants et Paysans vous convie à partager sa galette des rois : Jeudi 29 janvier à 20 heures –  3 av. de Liège à St-Mandé (entrée sur le côté de la Mairie)
RSVP à : contact@cnip94.fr (PAF 5 €)

 

Manifestation dimanche : Le CNIP participera à la manifestation dimanche

« Le Centre National des Indépendants et Paysans participera aux manifestations de rassemblement national organisées ce dimanche et notamment à Paris pour répondre avec dignité à la barbarie, défendre la liberté d’expression et rendre hommage à nos forces de l’ordre qui, chaque jour, au péril de leur vie, défendent et protègent notre république » annonce Gilles Bourdouleix, Président du CNIP et député-maire de Cholet.

« Aucun parti politique, aucune organisation professionnelle ou syndicale n’a besoin d’invitation pour se dresser contre le terrorisme djihadiste. Face à la barbarie, la Nation toute entière doit pouvoir manifester. La marche républicaine doit être une manifestation d’unité nationale », ajoute-t-il