Le CNIP appelle à se joindre au mouvement des « gilets jaunes »

 

Au lieu d’entendre la détresse qui monte des profondeurs du pays, Emmanuel Macron comme Edouard Philippe ont décidé de persister dans l’augmentation des taxes en multipliant les taxes sur les taxes au nom d’une « transition énergétique » qui n’est que le nom policé d’une écologie exclusivement punitive, ces annonces étant faites sur un porte-avions à propulsion nucléaire, cherchez l’erreur !

Hausse continue des prix des carburants, flambée du prix du gaz, refus de reconduire les aides à l’isolation, obligation de changer sa chaudière au fioul, sans compter la énième augmentation des tarifs de péage : les Français n’en peuvent plus ! Qui peut croire que les mesurettes annoncées par le Premier ministre soulageront le portefeuille des Français, alors qu’il ne s’agit là que de leur redonner un peu de l’argent qui leur est prélevé d’office pour les contraindre à en dépenser davantage, c’est-à-dire à s’endetter ! N’est-ce pas une hérésie totale que de proposer une prime de 4.000 € pour acheter une voiture neuve alors qu’on ne peut même pas se payer un plein d’essence ?

Détails

Opposition du CNIP Paris à l’installation d’un nouveau centre d’hébergement d’urgence pour migrants

Le CNIP Paris par la voix de ses élus, s’oppose à l’installation d’un nouveau centre d’hébergement d’urgence pour migrants dans le 16ème arrondissement de Paris, sur le site de reconstruction de la caserne de gendarmerie située au 45-47 du boulevard Exelmans.

 

La décision gouvernementale, prise sans la moindre concertation avec la Mairie de l’arrondissement, traduit le mépris qu’a le Gouvernement des élus locaux et elle n’est pas acceptable en ce que, indépendamment des incivilités qui sont constatées autour de ce type de centres, vont être logées dans des conditions précaires près de 400 personnes en situation irrégulière, ne parlant pas français, ne pouvant pas prétendre à un emploi et sans possibilité de scolarisation des enfants eu égard à l’absence d’établissements scolaires pouvant les accueillir.

De plus, cette décision empêche de façon encore plus importante de pouvoir répondre aux demandes de logements d’urgence des habitants en difficulté de l’arrondissement tels que des femmes battues, des personnes venant ou étant sur le point d’être expulsées ou encore des personnes handicapées ne pouvant plus atteindre leur logement dans des immeubles sans ascenseur.

Elle interdit également d’envisager d’accueillir des demandeurs de logements qui, du fait de leur confession religieuse, se trouvent avec leurs enfants, menacés dans certaines communes périphériques voire dans certains quartiers de Paris.

Cette décision a également été prise avec la complicité des élus socialistes, communistes, écologistes et de la Mairie centrale de Paris qui, elle-même, ne prend pas en compte les besoins des habitants de l’arrondissement et s’évertue à vouloir désigner dans les immeubles du 16ème des candidats sans aucun lien avec l’arrondissement au détriment d’habitants en difficulté dudit arrondissement. Il s’agit là d’une position démagogique et dogmatique visant à s’attaquer aux « ghettos de riches » au lieu de régler réellement les poches de précarité dans la capitale.

Le CNIP de Paris appelle les habitants du 16ème arrondissement à s’opposer à l’installation de ce centre comme l’ont fait avec succès les habitants du 18ème arrondissement.   

 

Détails

Rentrée scolaire : Pas pour tous les enfants en situation de handicap ?

Cette année en période de rentrée scolaire, c’est aussi plus de 340000 enfants en situation de handicap qui font leur rentrée scolaire soit une augmentation de 20000 élèves par rapport à l’année dernière.

Or la situation est plus que préoccupante car certains enfants ne peuvent déjà pas être scolarisés, d’autres font des études partielles faute d’accompagnements suffisants ou d’autres attendent désespérément une place dans des établissements spécialisés. On pense notamment aux 4000 enfants autistes obligés d’aller en Belgique faute de places en France.

Détails

Le CNIP défend la création d’une taxe sur les fruits et légumes importés

Le CNIP propose la création d’une taxe sur les fruits et légumes importés en pleine saison de production en France.   « Les agriculteurs subissent une dégradation de leur compétitivité. Le coût de la main d’œuvre agricole est trop élevé en France, contrairement aux autres pays européens. Par ailleurs, l’utilisation de produits non conformes à nos normes environnementales augmente…

Détails