Nicolas SARKOZY a-t-il la nostalgie de l’ORTF

Le CNI s’étonne de la rapidité avec laquelle est traité le dossier de la télévision publique.

« N’y avait-il rien de plus urgent à faire que de s’occuper de la publicité à la télévision ? L’Europe qui est en panne sèche, la famille qu’on martyrise, le pouvoir d’achat qui dégringole, la hausse des prix du carburant, celle des denrées qui affame, la fiscalité qui étrangle…, voilà des sujets urgents pour qui veut s’occuper… ». Proteste Annick du Roscoät, Présidente du CNI.

Détails

La France ne doit pas accueillir les FARC

Le CNI se réjouit de la libération d’Ingrid Betancourt et salue la forte détermination de Jacques Chirac et du Président Sarkozy qui ont œuvré pour sa libération.

« La libération d’Ingrid Betancourt, des trois otages américains et des militaires colombiens qui étaient retenus en otages par les FARC est une immense satisfaction et un grand soulagement.»

Détails

ISF : Sortons de cette galère !

Alors que la France s’apprête à prendre la Présidence de l’Union Européenne, nos dirigeants feraient bien de se rappeler que dans la compétition internationale féroce, que crée la mondialisation, les premiers seront ceux qui auront les meilleures conditions fiscales d’accueil.

Détails

Les Maires CNI ne célèbreront pas les PACS en Mairie

Le CNI s’élève contre la déclaration de Nadine Morano, Secrétaire d’Etat chargée de la Famille, qui se dit favorable à la signature du PACS à la Mairie.

« Le PACS est un dispositif qui nous a été imposé par la gauche et que la droite a largement combattu. Cependant, le gouvernement n’en finit plus aujourd’hui de reculer et semble céder à la pression des socialistes, oubliant tous les arguments qu’elle opposa à ce mauvais texte » déclare la Présidente du CNI, Annick du Roscoät.

Détails

Christian Vaneste : « Pourquoi je ne voterai pas… « 

Pourquoi je ne voterai pas en première lecture le projet de loi constitutionnelle de modernisation de la constitution ?

Cette réforme est-elle opportune ? Je ne le pense pas. Dans la mesure où le seul événement qui la justifie est l’instauration du quinquennat. Celui-ci pouvait déterminer un passage net à un régime présidentiel en raison de la coexistence des mandats présidentiel et parlementaire. Il aurait fallu alors que soit supprimé le droit de dissolution et modifié radicalement le rôle du Premier ministre.

Détails

Vers la fin du partenariat CNI – UMP

Le Conseil National du CNI qui se tiendra le 7 juin prochain à la Maison des Centraliens pourrait envisager la rupture avec son partenaire.

Lors de son Conseil National le CNI tracera les grandes lignes des actions à venir et fera le bilan de son association avec l’UMP. A cet égard, le CNI pourrait décider de prendre ses distances avec l’UMP.

Détails