Dictature en marche

« La précondition d’une dictature n’est pas que toute l’opposition soit en prison mais que les organes de contre-pouvoir soient supprimés ». Voilà très exactement le projet d’Emmanuel Macron. À défaut de s’attaquer aux vraies questions que, comme un certain nombre de ses prédécesseurs, il préfère ignorer, le président de la République utilise les outils de la démagogie pour concentrer encore davantage son pouvoir, en même temps qu’il use d’une arme infiniment plus subtile qu’une vulgaire réforme du mode de scrutin, pour continuer à se garantir un parlement à sa botte.